BAUDOUIN, Jean, PORTIER, Philippe, dir. La laïcité, une valeur d'aujourd'hui ? : Contestations et renégociations du modèle français. Presses universitaires de Rennes, 2001. OpenEdition books

Présentation : La laïcité française, loin d'avoir été un simple aménagement technique des rapports entre l'Église et l'État, a longtemps figuré au nombre des principes fondamentaux de la société française : elle visait à asseoir l'ordre politique sur les prescriptions de la raison universelle, à reléguer les appartenances confessionnelles dans la sphère privée et à instituer l'État en conscience rectrice de la communauté des citoyens. Or, depuis quelques années, ce modèle est sévèrement questionné. À la « séparation-neutralité » qu'il impliquait tend à se substituer, sur fond de crise de l'ethos républicain, une « séparation bienveillante » davantage ouverte à la publicisation des allégeances particulières. Cet ouvrage, issu d'un colloque tenu à Rennes à l'automne 1999 sous le patronage de l'Association Française de Science Politique, entend examiner les conditions de cette mutation. Après s'être arrêté sur la signification originelle du système français de laïcité, il s'emploie, d'une part, à décrypter les raisons de son obsolescence et, d'autre part, à analyser les modalités tout à la fois intellectuelles et normatives de sa recomposition. Si la laïcité demeure bien une « valeur d'aujourd'hui », c'est au prix d'une transformation significative de son contenu.

Mots clés : laïcité, religions, sciences politiques, valeurs


DAGENAIS, Daniel. La fin de la famille moderne : La signification des transformations contemporaines de la famille. Presses universitaires de Rennes, 2000, OpenEdition Books 

Présentation : Les transformations que connaît la famille aujourd'hui ne sont pas de simples adaptations aux valeurs contemporaines. Elles atteignent toutes les caractéristiques structurelles du type de famille spécifiquement moderne et, par là, signalent une dérive postmoderne de société auquel il est inséparablement lié. La fin de la famille moderne n'est ni un réquisitoire, ni un cri de ralliement. Il constitue un effort pour appréhender la portée civilisationnelle des changements contemporains de la famille. Il est difficile d'anticiper ce qu'il adviendra de celle-ci au XXIe siècle. Mais sa postérité se joue beaucoup dans la lucidité à l'oeuvre dans la compréhension de la véritable mutation qui l'affecte. S'il constitue un exercice classique de sociologie de la famille, par sa facture et son inspiration, l'ouvrage de Daniel Dagenais n'est pas un livre de spécialiste : il se nourrit d'abord au savoir des autres disciplines des sciences humaines (histoire, anthropologie, psychanalyse et démographie) ; ensuite, il s'adresse à toute personne qu'intéresse une réflexion en profondeur sur les changements que connaît la famille aujourd'hui.

Mots clés : anthropologie, familles, sociologie


DARCOS, Xavier, MEIRIEU, Philippe. Deux voix pour une école. Desclée de Brouwer, 2003

Présentation : C'est un fait : l'Ecole, notre Ecole, est aujourd'hui au coeur des préoccupations de tous. Au-delà des traditionnels clivages politiques, intellectuels, religieux ou sociaux, chacun s'interroge sur l'avenir du système scolaire et, plus largement, sur l'éducation à donner aux jeunes. Il n'est pas de jour, en effet, où l'on n'évoque l'apprentissage de la lecture, le malaise des enseignants, la violence dans certains établissements, la transmission des valeurs, le bien-fondé de la mixité ou la question des signes religieux dans les classes... Par des biais multiples, l'Ecole se trouve ainsi au centre du débat public.

Ce débat, Xavier Darcos, ministre délégué à l'Enseignement scolaire, et Philippe Meirieu, directeur de l'IUFM de Lyon, ont voulu le prendre à bras-le-corps, au cours d'entretiens animés par Marielle Court journaliste au Figaro. Tout sépare, a priori, le ministre du pédagogue, le politique du formateur d'enseignants. Issus de familles politiques opposées, partisans de méthodes d'enseignement radicalement différentes, les deux hommes se retrouvent cependant autour d'un même attachement à l'École de la République et à ses idéaux fondateurs. Voilà pourquoi ils débattent ici, sans complaisance ni sectarisme.

Comment sortir de la crise ? Faut-il choisir entre savoir et pédagogie ? De l'école primaire au lycée, la reproduction des inégalités est-elle une fatalité ? Quelle place pour les

enseignants ? Comment intégrer la décentralisation ? Autant de questions aux conséquences très concrètes pour l'avenir de nos enfants.

Loin de baisser les bras, Xavier Darcos et Philippe Meirieu plaident l'un et l'autre avec vigueur pour que les Français se réapproprient leur École et répondent eux-mêmes à la seule question valable : quelle mission doit-elle remplir? Avec une passion partagée, ils invitent à se mobiliser autour d'un nouveau pacte scolaire, mettant leur deux voix au service de l'École.

Mots-clés : savoir, crise, pédagogie, mixité, institution, violence, école, éducation, jeunes


DE BONNAULT-CORNU, Phanette, CHARRASSE, David, HERBERICH-MARX, Geneviève, LAMY, Yvan, LAZIER, Isabelle, MAIROT, Philippe, MOREL, Alain, PERISSERE, Michèle, RAPHAEL, Freddy, RIBEILL, Georges, SALMERON, Pierre, VANT, André. Cultures du travail. Identités et savoirs industriels dans la France contemporaine. Editions de la Maison des sciences de l’homme, Ministère de la Culture, OpenEdition Books, 2015, VIII-265 p.
Présentation : Qu’est-ce qu’une culture du travail ? Comment la définir autrement qu’en opposition à la culture savante ? Quelles relations une société entretient-elle avec son ou ses industries ? Comment définir et appréhender ce qu’on appelle la culture d’entreprise ? A ces questions ethnologues, sociologues, géographes et historiens apportent ici des réponses.
Ce livre est aussi consacré à l’intérêt que ces sociétés, villes, petites régions, entreprises, portent à ce qui constitue leur patrimoine industriel. Plus que des matériels, rapidement obsolètes, il s’agit d’une compétence collective, du savoir-faire d’un groupe, considéré comme un capital culturel valorisant et rentable. Comment, par exemple, Saint-Étienne, vieille métropole manufacturière, a-t-elle joué de ses atouts dans les différentes phases de son développement ? Quelle image a-t-elle voulu donner d’elle-même ?
Ces sociétés du travail ont connu ces derniers temps des crises. Elles ne parviennent plus à se reproduire en l’état. Le changement passe aussi par les mentalités. Plusieurs communications suggèrent de ce point de vue des pistes intéressantes. L’histoire de la culture d’entreprise de la SNCF, par exemple, éclaire d’une façon originale les grandes grèves de l’hiver 1986.
Enfin on trouvera à la suite des communications l’essentiel des discussions, qui montrent la démarche suivie par chaque chercheur. La confrontation des terrains et des méthodes a donné lieu à des débats critiques enrichissants, utiles à la constitution d’une anthropologie industrielle interdisciplinaire.
Mots clés : anthropologie, France, sociologie, travail

GRANDIN-DEGOIS, Marie-Pierre, LE GOFF, Claude, PAIN, Jaques. Banlieues : Les défis d'un collège citoyen "sensible". ESF, 1999, 161 p.

Présentation : On disait du collège dont nous parle ce livre qu'il sortait de l'ordinaire. Ancré au cœur d'une banlieue difficile des Yvelines, il n'y eut guère d'années depuis dix ans où il ne figura au " hit parade " des établissements sensibles. Et pourtant, une véritable équipe d'enseignants, emmenés par une principale engagée, les uns et les autres portés par leur métier, réussirent à en faire en six ans un collège, qui somme toute, rentrait dans l'ordinaire. Un collège qui, décidément, " faisait école ", et qui, d'ailleurs, fait école, accroché aux trois défis qu'il releva du même mouvement.

Tout d'abord le défi d'une lutte ouverte contre La violence, contre la banalisation. Ensuite, le défi d'une pédagogie différenciée, institutionnelle à la mesure des terribles retards sociaux qui règnent dans les banlieues difficiles. Enfin, le défi de citoyenneté, qui lie résolument l'apprentissage scolaire à la vie scolaire, à la participation des élèves et de leurs parents à la vie quotidienne du collège. L'expérience méritait de se poursuivre.

Il en est des collèges sensibles comme des collèges ordinaires, ils ne se ressemblent guère, contrairement aux légendes médiatiques. Il en est d'exceptionnels, véritables laboratoires scolaires, qui à la fois enseignent et socialisent, et qui modestement transcendent leur destin. Il s'agit ici de l'un d'entre eux. travers lui, à travers son histoire, c'est à tous les enseignants que les auteurs s'adressent pour qu'ils puissent disposer des outils nécessaires à la construction d'un véritable collège citoyen.

Mots clés : banlieues, citoyenneté, collège, établissements sensibles, parents, pédagogie différenciée, violence


GUERENA, Jean-Louis, dir. Famille et éducation en Espagne et en Amérique latine. Presses universitaires François-Rabelais, OpenEdition Books, 2017, 686 p.

Présentation : Le CIREMIA a […] quitté le domaine de l'éducation formelle où il s'était cantonné jusque-là – que ce soit dans le cadre des enseignements élémentaires qu'universitaires – pour aborder un territoire plus vaste, au cœur de l'histoire des mentalités, de l'histoire sociale, ouverte récemment à la vie privée, et donc à l'espace de la famille. L'éducation est à saisir ici non seulement comme processus formalisé d'apprentissages réglés de connaissances, mais surtout comme processus de socialisation.

C'est dans ce cadre que s'est tenu à Tours le 5Colloque International du CIREMIA, sur le thèmeFamille et Éducation dans le Monde Hispanique et Hispano-Américain. Réalités et Représentations, dont nous présentons ici les Actes. Plus de cinquante communiquants y ont participé (en provenance principalement de France, d'Espagne, et de certains pays d'Amérique Latine).

Mots clés : Amérique latine, éducation, Espagne, famille, histoire, sociologie


GUERENA, Jean-Louis, ZAPATA, Monica, dir. Culture et éducation dans les mondes hispaniques. Essais en hommage à Eve-Marie Fell. Presses universitaires François-Rabelais, OpenEdition Books, 2017, 454 p.

Présentation : Ève-Marie Fell est arrivée à l'Université de Tours en octobre 1968, peu de temps après la création du département d'Espagnol. Elle y est restée trente ans au cours desquels elle a joué un rôle particulièrement important et fructueux, notamment, bien entendu, dans le domaine des études latino-américaines qu'elle a très longtemps contribué à animer, participant, en outre, à la naissance et à l'activité du CIREMIA. Il n'était donc que justice que celui-ci lui rende publiquement hommage.

Les trente-huit contributions qui figurent dans ce volume ont été regroupées suivant trois axes qui tentent de refléter le champ des recherches couvert par celle à qui nous rendons hommage: «Identités culturelles», «Modèles et constructions pédagogiques» et «Univers fictionnels». Figurent parmi les collaborateurs d'anciens collègues et amis, d'anciens élèves, des spécialistes de l'Amérique latine et de l'Espagne (culture, littérature et histoire), du Siècle d'Or à nos jours, en passant par la période de la Conquête et de la colonisation de l'Amérique.

Mots clés : Amérique latine, éducation, Espagne, littérature


HIEZ, David, VILLALBA, Bruno, dir. La désobéissance civile. Approches politique et juridique. Presses universitaires du Septentrion, OpenEdition Books, 2017, 200 p.

Présentation : La désobéissance civile constitue un défi au Droit et aux règles de la démocratie représentative. La désobéissance civile s'enracine dans une histoire ancienne et complexe, que notre société, de plus en plus technicienne et individualiste, réactive. L'acte désobéissant connaît aujourd'hui un regain de vigueur, s'appuyant sur de nouveaux registres de légitimité. La contestation de la règle oblige les systèmes juridiques et politiques, notamment nos démocraties représentatives pluralistes, à reformuler les fondements de l'obéissance du citoyen à la loi. C'est que, contrairement aux contestations de type révolutionnaire, la désobéissance civile est une remise en cause de la règle juridique d'autant plus complexe qu'elle ne se situe pas en dehors du système légal mais en son sein, se revendiquant même comme une forme de participation démocratique à la production de la norme. Loin d'être un simple acte de négation de l'ordre politique, elle se revendique comme une contribution - dont l'expression est certes particulière - à l'extension du champ de la confrontation politique, en dehors des arènes représentatives.

Ces interrogations relatives à la normativité ont déjà fait l'objet de recherches dans les diverses disciplines qui étudient le phénomène juridique. La science politique a, de son côté, étudié le mécanisme en suivant les formes de mobilisation que génère la figure du désobéissant. En revanche, il n'est pas habituel de les faire se rencontrer pour un travail inter-disciplinaire et encore moins autour de la désobéissance civile. Dans cette matière où débats théoriques et action pratique sont si intimement mêlés, il semble profitable de confronter ces deux points de vue. Ce livre propose donc un échange croisé et parfois contradictoire, sur les raisons et fins de la désobéissance civile.

Mots clés : citoyen, contestation, démocratie participative, loi, politique


NEYRAND, Gérard. L'évolution des savoirs sur la parentalité. Yakapa.be, 2016

Présentation : Faire le point sur les extraordinaires changements qui ont marqué la place du jeune enfant et les relations privées depuis la seconde guerre mondiale nous permet de mieux comprendre comment les savoirs sur la petite enfance, sur les conceptions des places parentales et sur les relations parents-enfant, ce qu’on appelle aujourd’hui la parentalité, ont pu évoluer en lien avec les évolutions de la société. Une telle évolution des savoirs sur la parentalité vient pointer dans quelles mutations nos institutions sont prises et en quoi les politiques sociales sont obligées de se transformer, ou parfois de résister.

Mots clés : famille, enfance, société, parentalité, mutations


PAIN, Jacques. La non-violence par la violence, une voie difficile. Matrice, 1999, 283 p.

Présentation : Sur vingt ans, à travers quinze textes, le lent et modeste approfondissement des enseignements arrachés à la violence. Car à présent l'école comme le stade butent en effet sur le même problème : que faire devant la violence ? Des pistes s'ouvrent au fil du livre, du côté de la gestion des situations, de l'exercice de l'angoisse, du jeu des émotions, d'une éducation interne des attitudes... « Copyright Electre »

Mots clés : agressions, non violence, relations humaines, violence


UNESCO. Education à la citoyenneté mondiale. Thèmes et objectifs d'apprentissage. UNESCO, 2015.

Présentation : Le présent ouvrage est le premier guide pédagogique de l’UNESCO sur l’éducation à la  citoyenneté mondiale. Il est le fruit d’un processus approfondi de recherche et de consultation avec des spécialistes de différentes régions du monde. Ce guide s’inspire de la publication de l’UNESCO intitulée : « Éducation à la citoyenneté mondiale: Préparer les apprenants aux défis du XXIe siècle » ainsi que des résultats de trois événements clés de l’UNESCO sur l’éducation à la citoyenneté mondiale.

Mots clés : citoyenneté, international, recherche, éducation